Andrew Boyeau chargé de communication

“Le local est un laboratoire, où l’art se mélange à l’ordinaire de la vie”

Andrew Boyeau est chargé de communication pour Famille au grand cœur, depuis mai 2022. Veille sur les réseaux sociaux, conception des maquettes évènementielles, publications de l’actualité sur le site web… Il a tout un tas de missions à réaliser au quotidien pour une association qu’il connaît depuis un certain temps. Entretien.

Comment as-tu connu Famille au grand cœur ?

Par le biais de Nicolas (Noguier, NDLR), qui m’a contacté sur LinkedIn (en mars 2021, NDLR). Il m’a parlé du projet que j’ai tout de suite trouvé magnifique. J’aime le fait que ce soient des jeunes accompagnés qui aient le contrôle. C’est transparent, et ça les responsabilise. 

J’avais très envie de donner quelque chose pour les aider. Alors, j’ai proposé à Nicolas de faire le logo de l’association, gratuitement. Après cela, nous sommes restés en contact et, un an plus tard, il m’a sollicité pour travailler au sein de la structure.

Tu es chargé de communication, au sein de l'organisation. Peux-tu m'expliquer tes missions ?

Mon rôle est de veiller à la cohérence graphique de l’ensemble des outils de communication. Gérer les réseaux sociaux, produire du contenu audiovisuel, mettre en place des événements… Mon objectif est de donner un maximum d’exposition à l’association.

Quels sont tes rapports avec les jeunes et les bénévoles ?

Assez faible. Mes fonctions font que je m’isole un peu. Et puis, je ne parle pas anglais. Mais, la raison principale à cette distance est mon anxiété sociale. Un trouble qui me pousse à rester seul un maximum. 

Toutefois, je m’habitue petit à petit à changer cela, prends sur moi et essaie de m’intégrer le plus possible dans les conversations et groupes. Récemment j’ai eu la chance de partir en voyage, pendant une semaine, avec dix jeunes. J’ai pu davantage apprendre à les connaître et briser un peu plus ma coquille.

En cela, ton investissement se limite-t-il à la communication ou donnes-tu de ton temps autrement ?

La communication me prend déjà 100% de ma journée, je ne peux donc pas faire plus malheureusement pour le moment. Je travaille une semaine sur deux pour l’association et le temps passe toujours trop vite.

Malgré tout, lorsqu’un jeune a besoin de suivi pour des démarches, de la rédaction, ou n’importe quoi, j’arrête tout et je vais le soutenir, parce qu’à mes yeux la communication reste secondaire. En somme, le plus important, c’est de pouvoir les aider concrètement.

À ce jour, tu es chez Famille au grand cœur depuis mai 2022. Quel bilan dresses-tu de ces premiers mois d'expérience ?

Cette association est formidable. C’est un lieu d’aide et de formation pour les demandeu.r.se.s d’asile, qui décident de s’y investir.

Le local est un laboratoire où l’art se mélange à l’ordinaire de la vie, où des jeunes accompagnés sont aussi des dirigeants. Il y a un suivi psychologique, mais également un soutien alimentaire. Il est très difficile de faire plus complet.

Et puis, c’est une structure hors du commun, où on travaille chaque jour à trouver l’équilibre, pour lequel on s’approche toujours un peu plus.

Plus d'articles

Trois questions à… Jeremy, psychopraticien bénévole

Depuis septembre 2022, Jeremy accompagne, bénévolement, les jeunes de Famille au grand cœur, sur le volet psychopraticien. Abdoulaye, Moussa, José ou bien Azeez. Celui qui est un amoureux des cultures d’Afrique, de leurs valeurs et de leurs états d’esprit a à coeur de transmettre bienveillance et tolérance, à être à l’écoute, à respecter… et surtout à faire cohabiter deux paroles dans un même cadre, sain entre tous. Entretien !

Portrait croisé : Abdoulaye et Marie-Pierre

Entre Marie-Pierre et Abdoulaye, le lien accompagnant et bénéficiaire ne date pas d’un an. À l’origine, un aller simple à Narbonne pour Abdoulaye, en compagnie de Nicolas