Portrait croisé : Esther et Ibrahim

L’un est un élève, l’autre est une professeure bénévole. À la genèse de leur rencontre, formatrice, mais non moins amicale, un simple, cours de français. « Les cours, que me donne Esther, m’aident à me débrouiller dans la langue. », confie le jeune bénéficiaire de Famille au grand cœur. Pour la montpelliéraine, ce temps est un moyen de discuter et d’apprendre « ensemble, tout au long », à l’oral, comme à l’écrit. « Ibrahim et Aliya (qu’elle suit également, sur ce même volet, N.D.L.R) sont déjà venus à un concert, avec moi, une fois. [De même], on échange quotidiennement, on se pose des questions aussi. », confie-t-elle, parlant ainsi de relation entre deux bons amis.

Qui sont-ils ?

L’histoire d’Ibrahim et de Famille au grand cœur, de sa rencontre surtout, est courte, mais non moins impactante. « J’ai connu cette association lorsque j’étais dans un squat avec un homme, qui s’appelle Samuel. », raconte-t-il. De là, le jeune est accompagné au niveau administratif et médical, et hébergé. En retour, il se rend disponible au maximum afin d’aider la structure. « Je participe à des sorties, des collectes de nourriture et d’autres activités. », précise-t-il.

De son côté, Esther apprend l’existence de l’organisation, via Internet, alors qu’elle cherche une association axée sur les questions queer et migratoires. Problématiques qui la touchent particulièrement. « Je voulais que ce soit une structure à taille humaine et autogérée, dans l’idéal. », stipule-t-elle, mentionnant l’année… en 2021. « Un jour, je suis passée au local, avec une amie, et j’ai demandé si l’équipe avait besoin d’un professeur de français (ce à quoi ils ont acquiescé). J’ai, ensuite, eu un rendez-vous avec un membre de la structure, ai rempli un formulaire, puis suis devenu officiellement bénévole. », ajoute-t-elle. Quelle aventure !

L’info en plus, sur Esther : « J’ai déjà réalisé un long suivi en FLE, avec une personne LGBT. Je trouve important qu’il y ait des associations où ils et elles puissent se sentir bien et apprendre dans de bonnes conditions. »

Plus d'articles

PORTRAIT CROISÉ : FOMBAH ET KRYSTAL

L’une est bénévole, l’autre est bénéficiaire. À la genèse de leur relation, prise entre amitié et entraide, une participation mutuelle, à leur échelle, à la création de l’association Famille au grand coeur (voire même quelques mois plus tôt, en décembre 2020).

Portrait croisé : Esther et Ibrahim

L’histoire d’Ibrahim et de Famille au grand cœur, de sa rencontre surtout, est courte, mais non moins impactante. « J’ai connu cette association lorsque j’étais dans un squat avec un homme, qui s’appelle Samuel. »,

Trois questions à… Jeremy, thérapeute bénévole

Depuis septembre 2022, Jeremy accompagne, bénévolement, les jeunes de Famille au grand cœur, sur le volet psychopraticien. Abdoulaye, Moussa, José ou bien Azeez. Celui qui est un amoureux des cultures d’Afrique, de leurs valeurs et de leurs états d’esprit a à coeur de transmettre bienveillance et tolérance, à être à l’écoute, à respecter… et surtout à faire cohabiter deux paroles dans un même cadre, sain entre tous. Entretien !