Sandrine et Hamid

Portrait croisé : SANDRINE ET Hamid

L’un est aidé, l’autre est aidant. À l’origine de leur premier échange (associatif), un lieu… ou plutôt une pièce. Sandrine et Hamid se rencontrent au local de Famille au grand cœur, dans le cadre d’une séance d’accompagnement psychologique. « J’accompagne et écoute les jeunes dans un espace de parole confidentiel, SAFE et sans jugement. Je peux aussi leur donner quelques conseils pour les aider à trouver de nouveaux repères dans leur intégration en France. », raconte la spécialiste. C’est justement de cette manière que Hamid a bénéficié des services de la psychopraticienne, dont il n’hésite pas à profiter, chaque semaine. « Au fil des séances, la confiance s’installe. [Dès lors], je peux aborder leur parcours, souvent traumatisant, accueillir leurs émotions et, ainsi, en apprendre davantage sur eux. Et ce, afin d’entrevoir un avenir plus serein, pour eux  » exprime-t-elle. « Évidemment, chacun y va à son rythme, sans pression ni contrainte. Je leur laisse le temps nécessaire pour cheminer.» ajoute-t-elle. Et, le jeune demandeur d’asile n’échappe, assurément, pas à ce process, adéquat et libre. 

Qui sont-ils ?

Jeune demandeur d’asile gay de 28 ans, Hamid Bangura reçoit l’aide de l’association Famille au grand cœur, depuis fin 2021. Dans ses souvenirs, c’est grâce à son ancien petit-ami qu’il a connaissance de la structure, pertinente pour l’accompagner dans son parcours pour obtenir le statut de réfugié. Dans le cadre de sa procédure, il met toutes les chances de son côté pour parfaire son intégration dans le pays d’accueil. Pour cela, il participe aux nombreuses activités, il représente l’association lors de divers évènements (la plénière du Conseil national pour les personnes accompagnées, dite CNPA, pour citer le dernier). Et, ce n’est pas prêt de s’arrêter, maintenant qu’il fait partie du conseil d’administration… To be continued, then. 

De son côté, Sandrine, psychopraticienne de formation, a connu Famille au grand cœur au hasard d’une balade dans les rues de Montpellier (j’habite à 300 m de la structure), fin 2021. « Curieuse, j’ai transmis mon CV et une lettre de présentation dans la boîte postaleRapidement, Thomas, second président de l’association, et Nicolas, un des coordinateurs, m’ont contacté, la rencontre s’est faite, et j’ai pris mes fonctions au local », confie-t-elle. Comme quoi, le hasard fait bien les choses. En quelques mois, elle trouve sa place auprès des jeunes, par son professionnalisme d’abord, son humanité ensuite. « En dehors des séances, je participe parfois aux anniversaires, je fais des accompagnements à l OFPRA, je propose des ateliers de découverte de pratique de relaxation, de méditation, de marche thérapeutique. »exprime-t-elle. Que c’est beau !

Le plus de Sandrine : « J’aime les voyages, les animations culturelles, la lecture, le cinéma, les rencontres. En somme, j’apprécie la vie sous toutes ses formes. »

Plus d'articles

Trois questions à… Jeremy, psychopraticien bénévole

Depuis septembre 2022, Jeremy accompagne, bénévolement, les jeunes de Famille au grand cœur, sur le volet psychopraticien. Abdoulaye, Moussa, José ou bien Azeez. Celui qui est un amoureux des cultures d’Afrique, de leurs valeurs et de leurs états d’esprit a à coeur de transmettre bienveillance et tolérance, à être à l’écoute, à respecter… et surtout à faire cohabiter deux paroles dans un même cadre, sain entre tous. Entretien !

Portrait croisé : Abdoulaye et Marie-Pierre

Entre Marie-Pierre et Abdoulaye, le lien accompagnant et bénéficiaire ne date pas d’un an. À l’origine, un aller simple à Narbonne pour Abdoulaye, en compagnie de Nicolas